Les belles choses à découvrir dans le village...


L'église Saint-Eugène du XVIème siècle

Vieux était le lieu de pèlerinage le plus important de l’Albigeois, jusqu’au moment (fin XVème) où l’évêque d’Albi, Louis 1er, cardinal d’Amboise, ramena certaines reliques des saints de Vieux (Saint Amarand, Saint Eugène et Sainte Carissime) à la cathédrale d’Albi.

  

Classé monument historique depuis le 24 février 1906, ce vaste édifice de pierre du XVIème siècle est construit sur le site de plusieurs anciennes églises dont un édifice de 987 détruit par Simon IV de Montfort en 1212 lors de la croisade des Albigeois. L'actuel lieu de culte fut saccagé à deux reprises par les protestants pendant les guerres de religion.

 

 

 

Réparée au début du XVIIème siècle puis restaurée cent ans plus tard, elle servit de chai sous la Révolution. Plusieurs fois délaissée et remise en état, elle est redevenue lieu de culte en 1970.  

 

Visites gratuites en juillet et en août, les mercredis, samedis et dimanches de 15h à 18h. Contact : 05.63.33.95.34  

 

 

 

Entre autres richesses archéologiques, l’église de Vieux peut s’enorgueillir des plus intéressantes peinture murales que possède une église de village, les plus originales du département représentant : Les Rameaux, la Cène, le Portement de la croix, La crucifixion.

Les vitraux ont été réalisés en 1882 par Henri Fauré, peintre-verrier à Gaillac.


Les pigeonniers

Cette tour carrée qui servait de refuge aux pigeons appartient au château de Vieux.

 

Construit au XIVème siècle, incendié pendant les guerres de religion et remanié au XVIIème siècle, il était autrefois entouré de fortifications permettant aux villageois de se protéger des assaillants. 

Pigeonnier situé en haut du village, derrière l'ancienne école.


Les lavoirs

Lavoir du haut du village, le plus ancien

Lavoir du bas du village, sur le ruisseau de la Sesquière


Le menhir de "Peira Levadà" (la "pierre levée" en Occitan)

Le menhir de Vieux se dresse dans la vallée, à 800 mètres en aval du village, sur la rive gauche de la Vère. Ce mégalithe d'une quinzaine de tonnes remonte à l'âge du cuivre, à l'apogée de l'époque néolithique, 4 à 5000 ans avant notre ère. Son orientation, sa forme, les cupules naturelles ou artificielles sur sa face occidentale représentent la constellation du Taureau et d'Orion : tout démontre qu'il fut érigé pour un culte solaire.

 

C'est en fait un véritable calendrier qui renseigne sur la direction du soleil au lever, à midi ou au coucher, aux solstices et aux équinoxes. C'est aussi une représentation du système de mesure des distances utilisé à l'époque sur la base d'une coudée de 0,27 mètre.

 

Une légende locale dit que ce mégalithe aurait été transporté par "Sainte Carissime", sur une étoffe de soie...


Pour aller plus loin...

Vous pouvez consulter les documents élaborés par la mission "inventaire du patrimoine" du CAUE du Tarn :